Trois cent six mains. Une vanessa4newcraft.

7 juin 2016. Une journée dont nous nous souviendrons pour toujours.

7h00: rendez-vous à l’atelier pour récupérer les derniers outils, les charger rapidement dans le fourgon et  se retrouver dans les encombrements de la Milano-Meda. Présents KingFlavio et Filippo Berto.

7h52: le premier est déjà arrivé à la “fabbrica del vapore”. C’est Carlo Alberto qui attend de pouvoir entrer, curieux de voir comment se déroulera le reste de la journée.

8h24 Filippo et KingFlavio font leur entrée dans la Cathédrale siège de l’exposition New Craft, accueillis par Sara. Ils prennent place à la table centrale et anxieux de commencer ils font les premiers tests. Mets les corde et défais. Etends le denim, ré-enroule le denim. Essaie le compresseur, cherche une prise libre, débranche le compresseur.

Peu après arrivent les videomaker, Mariann et Valentina. Bruno Rho et Pietro Virzi arrivent. Ils arrivent à un rythme que nous avons déchiffré plus tard, en nous interrogeant sur ce qu’était cette sensation de sacralité qui entourait la table de travail. Et c’est grâce à chacun d’eux que nous sommes arrivés jusqu’au bout.

Á 18h00 la magie: une heure à un rythme extrêmement soutenu, cinq personnes au travail en même temps, agrippées au fauteuil, soutenues par un lien qui s’est créé entre elles, serré, avec passion, nerveux, stupide. On ne cède pas. Ce n’est pas maintenant qu’on va céder. On y est presque.

C’est à Stefano Micelli, précédé par Giorgio Berto qui, comme un sherpas, lui indique comment faire pour placer les pieds et les fixer avec  la visseuse. On va vite, on est sûrs.

Puis, comme dans une trêve mythique, le voilà. Il apparait aux yeux de tous.

C’est lui. C’est vanessa4newcraft.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *